ndiqni aktivitetet tona përmes emailit

site map

Kulturë

Deux semaines sur :
« LE VIN MACÉDONIEN ET LES COPAINS »

Jean-Claude Pirotte l’avait prédit : « un jour nous nous cacherons pour lire, comme le temps est venu de se cacher pour boire. »

Peu importe, du 3 au 13 octobre 2018, nous serons quelques-uns à célébrer le vin, de Skopje à Ohrid, en passant par la vallée du Vardar, la Pélagonie, la rivière Ptchinya et le massif d'Osogovo.

Pourquoi j’aime le vin macédonien ? Parce qu’il n’est pas mondialisé. C’est un noble vin de pays, lié à son terroir, à son identité. Et c’est au fond la meilleure chose.

Prenez le cépage Vranec, vieille variété de raisin noir du centre-ouest des Balkans, qui aime les climats chauds. Le cépage Vranec offre un vin rouge-pourpre, sec, équilibré. Les tannins fermement présents ne sont excessifs. Il est bon pour le cœur. Ses éléments d’élégance ? Des arômes de chocolat, de liqueurs, de fleurs, de petits fruits noirs. Je m’arrête ici, je ne suis pas spécialiste.
Rien de mieux qu’un vigneron macédonien, un vrai, pour réveiller les souvenirs de copains avec une quille de blanc, de rosé ou de rouge dans un décor de tourisme vert.

Pendant deux semaines l’IFS fera une expédition diurne et nocturne, autour des caves de Macédoine. Pour cela nous avons invité deux amis du vin: Sébastien Lapaque et Olivier Picherit, l’un est critique littéraire au Figaro et chroniqueur à La Revue du Vin de France, l’autre vigneron dans la vallée de la Loire. Olivier nous parlera du travail dans la vigne, du sol, de la gestion du risque sans pesticide ni insecticide, des vinifications sans ajouts, des vins nature.

Avec Sébastien et Olivier, nous parlerons vin et c’est beaucoup. Parler du vin, c'est le goûter plusieurs fois. C’est-à-dire parler du style, du plaisir, de l’amitié, du terroir, du bio, de générosité, de la nature, de la simplicité, du prix, de la déviance, du vieillissement.
Avec eux nous partagerons leurs trouvailles des vins de France et de Macédoine.

Emmanuel Rimbert
Directeur de l'Institut français de Skopje

Programme 

Jeudi 4 octobre 2018, 17 heures | Résidence de France
Conférence d’Olivier Picherit :
« La tendance bio des vins de France »

La conférence sera suivie de dégustation de vins bio. Sur invitation.

Vendredi 5 octobre à 17 heures | Alliance française de Bitola 
Conférence d’Olivier Picherit :
« L'esprit de la vigne et des vins bio »

Jeudi 1er novembre 2018, 18 heures | Institut français de Skopje 
Conférence de Sébastien Lapaque et dégustation :
« Le vin, la littérature et les copains »

Le nombre de places à l’Institut français étant limité, la conférence est sur invitation.
Dégustation des vins de Kamnik en clôture de la conférence.

*   *   *

Olivier Pichérit après une grande carrière dans l’administration française, se consacre, dans sa propriété du Clos des Sables, à la culture des vins bios. M. Pichérit nous présentera les grands défis de la tendance bio dans la viniculture : le travail du sol sans pesticide et insecticide, des vinifications sans ajouts qui donnent des vins de caractère offrant, chaque année, une différence assumée ne reniant pourtant pas le respect du passé.

*   *   *

Né en Allemagne, en 1971, Sébastien Lapaque est romancier, essayiste et critique au Figaro littéraireLes Barricades mystérieuses, son premier roman, a paru en 1998. Il a ensuite publié Les Idées heureuses (Actes Sud, 1999, prix François Mauriac de l’Académie française) et Mythologie française (Actes Sud, 1998, Goncourt de la nouvelle). Une suite de voyages au Brésil lui ont inspiré un essai d’histoire littéraire : Sous le soleil de l’exil, Georges Bernanos au Brésil 1938-1945 (Grasset, 2001), des carnets amazoniens : Court voyage équinoxial (Sabine Wespieser Editeur, 2003), une anthologie : Le Goût de Rio de Janeiro (Mercure de France, 2004) et un roman : La Convergence des alizés (Actes Sud, 2012). Écrivain aux curiosités multiples, osant affirmer, après Paul Valéry, « J’ai beau faire, tout m’intéresse », il a également publié de nombreuses préfaces, des livres de cuisine avec le chef béarnais Yves Camdeborde (Room Service, Actes Sud, 2006), des essais consacrés à la vigne et au vin, un pamphlet contre le président de la République (Il faut qu’il parte, Babel, 2012), un sermon (Sermon de saint François d’Assise aux oiseaux et aux fusées, Stock, 2008) et un journal (Au hasard et souvent, Actes Sud, 2010). Il nous parlera dans sa conférence de son amour du vin exposé dans son dernier livre Petit Lapaque des vins de copains.